Blicstkarg

 Détail couverture module D1-2 (par Millingham)

Le petit bois fleuri (par BLISCTKARG l'Illusionniste)
"Tout recommence dans ce petit bois qui nous sert de refuge pour la nuit. L'ensemble de mes compagnons semble s'interroger. Sur quoi ? Eux seuls le savent. Quant à moi, je me pose également beaucoup de questions. Devons-nous retourner au manoir pour y vaincre le vampire alors que celui-ci vient de nous laminer et que sa puissance est accrue par l'acquisition des objets de LOO ? Quel est l'intérêt d'accomplir la prophétie que GIL qui, tel un automate, nous ressasse sans cesse qu'elle est notre but actuel ? D'ailleurs j'y songe, ne ressemble-t-il pas de plus en plus à une de ces machines avec ses deux prothèses ? Que devons-nous faire pour sortir de cette impasse, aucun chemin ne semble pour une fois nous guider ? Serions-nous libre d'agir à notre guise malgré ce que chacun d'entre nous sait depuis tant de mois ?

Une discussion s'amorce à propos de la désignation d'un chef. N'en voyant pas l'intérêt, pensant que chacun à trop d'aspiration personnelle, je préfère ne pas y participer et m'éloigne du groupe avec JUMA. En me mettant à l'écart, je me demande comment les nouveaux ont pu s'intégrer à notre quête, qui n'en est plus vraiment une.

Après quelques pas, une étrange sensation m'envahit. Une sorte de communication télépathique avec Dragon Lune, une connaissance du Monastère. Je m'isole totalement afin de pouvoir profiter sans inconvénient de ce lien qui s'est établi. Elle apparaît devant moi pour me dire que le Monastère a été détruit, événement auquel je me suis préparé depuis notre passage dans l'astral et la vision de ces créatures immenses qui pouvaient faire penser à des baleines. Un autre renseignement d'une importance, à mon avis, beaucoup plus grande, est l'absorption de notre prime par l'astral ou l'entrée de notre prime dans l'astral. Dans les deux cas, ces espaces, à la fin du processus, ne feront plus qu'un. A ce moment, bizarrement je prends conscience de sensations qui ont commencé à m'envahir depuis quelques jours et qui, aux vues de ces informations, me sautent aux yeux dorénavant. J'apprends, pour finir, que le problème vient du centre de l'astral, territoire que je n'ai jamais exploré et qui me semble bien dangereux à visiter. Les agents du Chaos sont, semble-t-il, de plus en plus actif. De cette relation, je n'apprends plus rien. Ne pouvant interroger mon interlocuteur, tout ce qui doit m'être transmis, l'est à présent. Il ne me reste plus qu'à en faire bon usage.

En revenant vers le groupe, je m'aperçois de certains effets étranges dans le ciel qui me font penser que le temps risque de nous faire défaut. Mais pour faire quoi ? Il est plus sage d'en parler aux autres pour qu'ils sachent, si ce n'est déjà le cas, d'où proviennent ces perturbations. Comme il est tard dans la soirée, je remets à demain matin mon intention.

Dans la nuit, je fais un rêve qui m'apparaît contenir de nombreuses réponses mais également de multiples interrogations sans pour autant en avoir de clairs souvenirs. De plus au réveil, alors que nous nous trouvions par un climat pluvieux et hivernal, le cadre est radicalement opposé. A présent, nous sommes dans le même bois mais à une autre saison, ce dernier est fleuri comme à l'apogée du printemps. Cet état n'est que très local, car à deux pas du bois, le temps est toujours aussi mauvais. Quant à nous, nous sommes en cercle autour de nos affaires qui sont en tas surmonté d'une pierre en sustentation, car nous sommes entièrement nus. Ce grand tas d'objets se trouve réuni comme si quelqu'un ou quelque chose désirait nous mettre à l'épreuve. Mon premier réflexe est d'aller reprendre ma robe afin de me vêtir, mais de laisser le reste de mes possessions. Dans les quelques instants suivant notre réveil, nous avons affaire à, en quelque sorte, une ruée. Après un temps, chacun a repris ses affaires, mis à part la passation de quelques objets. Au sommet du tas demeure toujours cette pierre flottante en l'air où est inscrite une énigme qui a un sens qui m'échappe totalement. Nous nous interrogeons tous sur le sens caché du texte mais sans en déterminer pour l'instant la vérité.

Ce n'est qu'à cet instant que je m'aperçois d'un nouveau venu, qui est sans l'ombre d'un doute originaire de l'Empire. M'interrogeant avant hier soir sur la raison de poursuivre l'accomplissement de la prophétie, les événements maintenant portés à ma connaissance semblent m'indiquer qu'il serait bien de suivre ce personnage. Il peut nous mener sur le lieu d'un champ de bataille (peut-être en relation avec notre rêve, car nous avons tous eus le même) où l'Empereur, la personne que nous recherchons pour la prophétie, et son armée ont subi une lourde défaite par une armée, que je qualifie du " chaos ", ennemi qui a détruit le monastère et qui est à l'origine de la fusion entre notre prime et l'Astral d'après Dragon Lune.

Notre destination est à plusieurs jours d'ici et à travers un paysage hivernal nous avançons lentement sur des chemins extrêmement boueux. Plusieurs jours ce passe avant d'arrivée au abord des restes de la bataille. Une odeur terrible s'élève des milliers de corps qui jonchent la plaine. La majorité de ces cadavres est des restes humains. A la recherche d'indices pouvant nous indiquer une piste qui nous mènerait à l'Empereur, nous finissons par découvrir un immense amoncellement de créatures non-humaines.

En s'en rapprochant, SHEN se fait assaillir par une créature immense qui se révèle être l'Empereur ou du moins semble avoir revêtus son armure. Gravement blessé, SHEN tente de résister à son assaillant. Dans la mêlée qui s'ensuit, nous essayons tous de le rendre inconscient sans lui administrer de blessure. Le premier sort que j'utilise à l'encontre de notre adversaire est d'origine astrale : le rideau de dentelle de HISH, qui lorsqu'il est sur l'adversaire le réduit à 50% de ses capacités. Malheureusement, malgré ce handicap, il arrive encore à se déplacer plus vite que ne peut le faire mon sort. Par la suite, je décide d'user de mes différents sorts paralysant qui, tous, s'avèrent sans effet. Pendant ce temps, les autres essaient à leurs façons de l'immobiliser. Au bout de quelques instants, nous arrivons à l'assommer grâce à un coup bien porté de BANDUR.

Pendant cette altercation, seul BANDUR et moi-même blessons superficiellement l'Empereur, action qui va par la suite s'avérer extrêmement néfaste aux deux. A intervalle régulier nous nous voyons affligé de douleur de plus en plus forte. Chacun de nous essaie de trouver une parade à ce problème, je vois ma peau commencer à se couvrir de cloques tandis que BANDUR qui semblait avoir trouver une solution, n'a, en fait, pu se débarrasser du problème, il ne l'a que retardé. Usant de nombreux soins pour me maintenir vivante, je ne vois en dernier recours que le passage vers l'astral où le temps n'agit pas de la même façon. En essayant d'utiliser ma robe d'étoile, j'ai la mauvaise surprise de ne pas pouvoir partir dans l'astral, et songe soudainement que l'entrée du prime dans l'astral doit, soit affecté le pouvoir de mon vêtement, soit le rend inutile, puisque les 2 ne font plus qu'un. Désespérée et avec la peau complètement couverte de plaies et de cloques, j'ai le soulagement, sans que rien ne soit visible de ne plus ressentir de nouvelles douleurs. Un peu plus, et il en était fait de moi.

Pendant ce temps, BANDUR, qui, tout comme moi, désire accéder à l'astral pour bloquer la menace, a décidé d'y aller par des moyens moins directs mais plus efficaces, puisqu'il s'élève dans les airs afin d'atteindre la frontière encore existante au dessus de nous. Par ailleurs, alors que je me remets de mes émotions et me demande comment faire pour retrouver un aspect normal, l'Empereur a été ligoté.

Pas encore remis, je m'aperçois ou plutôt, devrais-je dire, j'entends qu'un groupe d'individus parfaitement invisible a décidé de profiter de la capture de l'Empereur pour entrer en scène. Leur volonté avouée est de nous mener au cur de l'astral sans pour autant nous indiquer la raison. Ce qu'ils veulent dans un premier temps, c'est que nous nous débarrassions de toutes nos affaires avant de partir. Désirant en savoir plus et à qui nous avons affaire, nous entamons une discussion qui s'avère parfaitement inutile. La seule chose que nous arrivons à en tirer, est  leur désir de nous mener prisonniers au cur de l'astral sans que nous emportions d'affaires.

Espérant que cela peut nous amener à une solution, je décide d'obtempérer en comptant sur le potentiel restant de chacun de nous et bien sur la chance. L'un de nos adversaires se décide enfin à se montrer, il s'agit de TORS AMONH, une vieille connaissance qui déjà avait été mêlé à nos histoires. Son but était, et semble encore être, de se servir de nous pour mener ses affaires vers un but qui m'échappe.

Très rapidement, je change d'avis et je suis sur que nous n'irons nul part avec eux. Car après un ultime avertissement, ils décident de déclencher les hostilités. C'est à ce moment que l'effet d'un sort très puissant de sommeil me mis hors de combat ainsi que JUMA et en tous cas, c'est là que je perds conscience de mon environnement..."

 

Je crois que ça y est ... ou Maudite magie (même situation vue cette fois-ci par ARTE le Barbare)
"Je ne me souviens pas très bien de ce qui c'est passé hier. Mais, en tout cas, je suis sur de ne jamais avoir mis mes affaires dans ce tas. En tout cas, c'est la forme ce matin. Je récupère mes affaires et j'essaie de me souvenir des quelques jours qui viennent de passer. Il y a quelques jours ; combien au fait ? Peu importe, il me semble que c'était hier. Je disais donc qu'il y a quelques jours, je me baladais de part chez moi à la recherche de ... " réflexion ", j'sais plus.

Ne v'la t'y pas que je me retrouve ici, à poil au milieu de tous ces inconnus. Ils ont du me faire boire une potion magique (pouah ! !) pour que je ne me souvienne de rien. Si cela avait été de l'alcool, j'aurais une sacrée gueule de bois comme on en a dans la famille (sic !). Mais là, au contraire, je me sens en pleine forme comme si je venais de boire une bonne bière dans le crâne d'un adversaire après un bon massacre et même mieux, je ne me souviens pas avoir eu jamais une forme pareille de toute ma vie ; je parie que c'est dû à la magie. Méfie-toi des magiciens et de leurs acolytes me disait Maman (soupir). Et elle avait bien raison (re-soupir) C'est quand même l'un d'eux qui a tué mes parents, quand j'avais 6 ans, à coup de haches (souvenir des histoires que Tonton a racontées).

Bon, c'est pas tout mais il faut que je récupère mes affaires avant que cette bande de magiciens me vole mes armes, c'est tous des voleurs, les magiciens. La preuve, ils ont pris toutes mes affaires pour se les partager. Heureusement que je me suis réveillé car comme ils n'ont pas eu le temps de faire le partage, pour dissimuler leur forfait, ils ont mis leurs propres affaires avec les miennes pour me faire croire qu'hier soir avant de dormir, j'ai participé à je ne sais quel rituel avec eux ; plutôt me trancher la main gauche que d'avoir affaire avec eux.

Ils font même semblant d'être surpris. Il faut vraiment se méfier des magiciens car ils sont également doués pour la comédie, j'y croirais presque. Enfin si on ne m'avait pas prévenu de tous leurs méfaits. Je leur foutrais bien sur la gueule s'ils n'étaient pas si nombreux. Le temps viendra où il n'y aura plus de magiciens sur nos terres. Pour leurs collaborateurs peut-être certain pourront être sauvé mais j'ai des doutes.

En parlant de nos terres : où suis-je ? Je ne reconnais rien ici. D'ailleurs, c'est bizarre ce bois, il n'a aucun rapport avec le reste du paysage. C'est certainement de leur fait, de plus, ils commencent à comploter contre moi en ce moment. Je m'approche d'eux pour écouter. Tiens, ils parlent d'un grand champ de bataille où ils désirent, pour la plupart, se rendre. Bonne idée, là-bas je pourrais certainement trouver des alliés pour les tuer tous. Rien de tel qu'un champ de bataille pour trouver de bons guerriers qui n'aime pas les magiciens, presque aussi bon endroit qu'une taverne. Je vais les suivre en restant sur mes gardes et arrivée à destination, je m'éclipserais pour leur vider les boyaux.

Sur la route, je me sens normal. L'état, que j'avais dans le bois, a disparu, preuve que ce n'était pas normal. Ici, il fait froid et il pleut alors que dans ce bois maudit, le temps n'était pas normal. Les seules choses très bizarres, ce sont ces étranges nuages dans le ciel qui ne ressemblent à rien de ce que j'ai jamais vu. Il faut que je me méfie. C'est peut-être les dieux qui manifestent leur colère parce que je n'ai pas encore massacré ces olibrius. Ils devraient comprendre que même si  je suis le plus fort, ils sont trop nombreux pour moi tout seul. Ils seront contents lorsque nous atteindrons le champ de bataille, ces magiciens ne resteront pas vivant très longtemps, foi de moi. D'ailleurs, ils ont également remarqué la colère de Dieux, mais eux ne peuvent la comprendre, la magie leur empêche de voir la vraie nature de ces signes qui me sont destinés. Quelles joies de penser à ce qui va leur arrivée dans quelques jours ! Je suis pressé de me trouver sur les lieux.

A l'approche du champ de bataille, je ressens une agréable sensation, celle que l'on ne peut trouver que sur un tel site. Les traces de la bataille se multiplient jusqu'au moment où il n'y a plus trace de la plaine. Le sol est jonché de corps d'homme à masque de bêtes tel le guide qui nous a amenés ici. Celui-ci doit être un lâche pour avoir quitter un endroit pareil, je n'arrive pas à comprendre ces magiciens qui préfèrent s'enfuir plutôt que de mourir en combattant. Heureusement pour eux, je vais sans aucun doute trouver des alliés qui me permettront de rendre service à ces magiciens en les tuant loyalement. Ils pourront se présenter devant les Dieux où ils seront jugés selon leurs actes, alors que sinon ils iront errer dans les limbes afin de se purifier de cette maudite magie.

Nous commençons à chercher, à mon avis, des choses différents. Ils sont certainement venus ici pour piller les cadavres ou pire encore. Cela me rappelle l'histoire que Maman me racontait autrefois, sur  ces magiciens qui rappelaient les morts pour qu'ils les servent. Je ne doute pas un instant de la véracité de ces choses et met deux fois plus d'ardeur à retrouver un groupe d'individus qui m'aideront dans mon but. Au fur et à mesure de mes recherches, je commence à douter de découvrir ne serait ce qu'un survivant au sein de cette hécatombe, même s'il est impossible qu'aucun des 2 camps ne soit sorti vainqueur du conflit. L'armée victorieuse ne peut pas avoir déjà quitter complètement cette région, ils doivent être quelque part.

J'entends soudain un tumulte provenant des mécréants. Me précipitant vers eux, j'aperçois dans la mêlée un grand guerrier qui s'attaque aux magiciens. Le temps de parvenir dans le combat, ils ont réussi à l'assommer. Je n'aurais pas du hésiter sur le choix de l'arme que j'utiliserais pour lui porter main forte. Ils ne savent même pas tuer un adversaire, toujours à vouloir profiter des autres. Arrivée à leur hauteur, me faisant le plus discret possible, une voix, à quelques mètres de nous, nous intimes l'ordre de nous rendre. Deux choses particulièrement étranges émanent de cette voix. Premièrement, aucun individu n'est là pour l'émettre. Enfin, à chaque intervention, elle ne provient pas du même endroit. Ni tenant plus, excédé par toute cette magie, je me précipite vers la source mon arme à la main dans l'espoir de pourfendre cette énigme. A chaque changement, je change d'objectif en décidant d'arrêter ce manége à épuisement complet s'il le fait. Durant quelques minutes,  je me précipite dans une course effrénée au quelle l'apparition d'un individu met un terme. J'ai maintenant un but visible qu'il ne me reste plus qu'à le pourfendre.

Une ruée éperdue me porte jusqu'à lui. A cet instant, je suis envoûté par quelque chose qui m'oblige à reprendre mon souffle contre ma volonté. Par tous les moyens, je tente de reprendre mes esprits mais en vain. Me voilà en train de ? ? ? ? sans pouvoir mettre un terme à la vie de mon adversaire : Maudite magie, je t'éradiquerai de la surface de la terre."

  

Retour au Monde de Lünn

Les textes et illustrations contenus dans cette page sont la propriété exclusive de leur auteur respectif. Toutes les marques citées sont déposées par leur propriétaire respectif.